Galerie

le T711, un grand miroir dans un « petit » télescope…

Voici donc le dernier né de la gamme Stellarzac. Ce T711 est le « petit » frère du T762, il en partage toutes les caractéristiques, avec bien sûr, un encombrement plus faible. Les parties mécaniques, dont les leviers astatiques et les fixations du serrurier, sont identiques à celles des T1000. La structure boîte primaire/fourche découle directement de l’expérience acquise grâce aux T1000. Un travail très important a été réalisé pour faciliter le plus possible la vie de l’utilisateur, compacité lors du stockage et du transport de l’instrument, montage reproductible et cela par une personne seule en gardant les pieds au sol. La finition tant pour les parties en contreplaqué de bouleau qu’en aluminium ou en carbone est réalisée avec le plus grand soin, pour l’esthétique bien sûr mais aussi pour la durabilité de l’instrument.

        t711-c

Mobilité…

 

t711-aBarillet astatique à 18 points pour un maintien parfait du miroir, ventilateur de 180 mm à vitesse variable pour la mise en température

 

t711-e

Boîte à miroir aux dimensions  très optimisées, elle permet cependant le stockage de la cage sur le couvercle afin d’obtenir un ensemble compact

 

t711-cageb

Plaque P.O. en carbone, rigidité maximale et masse minimale…

 

t711-motorisation

La motorisation en AZ n’est pas visible, elle est totalement intégrée à la fourche. En altitude le câblage et la partie moteur/électronique est protégée par des carénages

t711-800-1000

De gauche à droite, T800, T1000, T711, au premier plan, T300.
Merci à Frédéric Burgeot pour son aide lors de ce premier montage. 

Caractéristiques techniques

Diamètre du miroir primaire : 711 mm Lockwood Optics

F/D : 3,5

Type de barillet : Astatique 18 points

Diamètre du miroir secondaire : 150 mm

Hauteur de l’oculaire au zénith : 2420 mm

Largeur au passage de porte : 906 mm

Hauteur en position transport : 936 mm

Motorisation : Servocat – Stellarcat

Structure bois réalisée en contreplaqué de bouleau, serrurier en fibre de carbone, mécanique en aluminium et inox, visserie mécanique en inox.

 

Publicités

7 commentaires sur “le T711, un grand miroir dans un « petit » télescope…

  1. Carambaaaaaaa!!!! Quelle machine fabuleuse que tu nous a encore fabriqué 😀 Ca respire le travail bien fait et le matériel bien pensé, inutile de chercher mieux, ça n’existe pas!!!

    Et en plus il a eu le droit a une première lumière mémorable si j’ai bien tout suivi, sous l’œil bienveillant de son concepteur et sous le regard affuté de Fred Burgeot, sacré baptême 😉

    Nico

    • Bonjour Nicolas, merci pour ton message. C’est vrai que je suis heureux d’avoir eu l’aide de Fred pour la mise en place du primaire et qu’il soit présent lors de la première lumière, c’est rare de pouvoir partager ces moments !

  2. Bonjour
    Pareil que Nico, quand on voit la qualité de fabrication on reste sans voix.
    Les côtes sont quasi identique à mon 560, comment est-ce possible ?
    Peut-être en comprimant le miroir mais j’ en doute.
    Bonne continuation.
    JM P

    • Bonjour Jean-Michel,

      Par contre, je suppose que le 700 est un peu plus long, il y a le moteur d’altitude et un système de roulage qui ajoute quelques centimètres à la « profondeur ». Mon but est vraiment d’avoir l’encombrement de passage de porte ou coffre le plus faible possible. On hésite souvent sur l’achat d’un instrument à cause de ce paramètre qui est un élément critique de la mobilité de l’instrument.

  3. Eh oui, j’y étais pour la 1ère lumière de ce monstre… qui n’en est pas un. Il reste à dimension humaine, quand on l’a devant soi c’est surprenant de se dire que c’est un 710. Il se roule très bien, le montage des tubes du ‘serrurier’ et de la cage secondaire est très rapide et sans prise de tête.
    Surprenant aussi, la qualité des images dès le 1er pointage. Collim OK, et même pas un levier astatique à retoucher, tout était réglé d’usine, trop facile ! Des étoiles bien ponctuelles à fort grossissement, ça ne trompe pas sur la qualité de l’optique et de la mécanique. La centrale de l’Esquimau était d’une finesse exquise à fort Gr. En début de soirée, Vénus (pourtant basse et non filtrée) était fine et ne diffusait pas, signe que l’optique a un joli poli. Les mouvements du scope sont doux et l’équilibrage nickel, j’envie son propriétaire 🙂

    Fred.

  4. Encore un instrument exceptionnel « AOP Larzac »! 😉
    Félicitations pour ce splendide travail tout en précision et en finesse.
    Tu sais que j’ai eu des amis luthiers et facteurs d’orgues, je ne peux m’empêcher de faire le parallèle entre eux et toi, entre les instruments qui sortent de leurs mains et ceux qui sortent des tiennes…
    Tu es le meilleur Fred, je te le dis comme je le pense, or tu sais que je ne suis pourtant
    pas coutumier des superlatifs absolus!

    Avec toute mon amitié.
    Jojo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s